Cheminement artistique

Bonjour !
Aujourd’hui je ressentais le besoin de vous parler des thématiques que j’aborde dans mes photographies. J’essaie de transmettre tout ceci lors de mes expositions mais je trouvais dommage de n’expliquer mon cheminement uniquement lors de ces rencontres particulières.
 
Le voici donc :
 
Jusqu’à la série sur les Odalisques, je souhaitais plus que tout représenter des femmes, telles les courtisanes, mises de côté par la société mais pourtant admirées, aimées et mises en avant. Ces femmes, pour lesquelles des hommes étaient prêts à se ruiner, pour les voir, leur parler, passer du temps avec elles (et bien plus évidemment). Ces femmes choisissaient d’être autre chose que ce que leur éducation, la société ou leur famille voulait pour elle. Elles abandonnaient le confort du statut de femme mariée bien sous tout rapport pour devenir la maîtresse, et ainsi devenaient en même temps celle de leur vie. C’était difficile, rabaissant, mais je les admire pour leur courage, leur force et leur élégance à toute épreuve.
J’avais besoin d’exprimer cela à travers mes photos, à travers les regards des modèles : mélancolie, fierté, force… autant d’expressions que je suis heureuse d’avoir recensé. 
Pour moi, cette thématique est close. J’ai exprimé ce que j’avais à transmettre.
 
A présent, mon travail se tourne vers la représentation du Féminin sacré. Nous quittons le monde matériel et vaniteux des courtisanes pour un retour aux sources, à la nature sauvage enfouie, à la magie, aux croyances et connaissances ancestrales, aux rituels et à l’élévation.
Vous pourrez voir sur mon site qu’une grande thématique en regroupe déjà plusieurs :
« Gaïa et ses femmes sacrées » correspond donc à la thématique générale de ce tournant.
Elle contient pour le moment « La Femme Sauvage », « Le Coeur de la Forêt » et « Les Oracles ». Bientôt d’autres s’y ajouteront comme « Au rythme du tambour » commencé avec Manya Muse.
 
A côté de cela, si vous me suivez sur Instagram vous pourrez en avoir un aperçu, je réalise des dessins/peintures traitant aussi du Féminin Sacré mais complétant mes photographies. Mes personnages n’ayant pas d’identité particulière, elles représentent facilement des éléments, entités, divinités alors que les modèles de mes photographies représenteront plutôt (pour le moment en tout cas) des prêtresses, chamanes, femmes ancestrales (le spirituel dans l’Humain).
 
Le Féminin Sacré n’allant pas sans le Masculin Sacré, je souhaite développer ces deux parties présentes en chacun et chacune de nous.
         
 
Belle journée.
Photographies (de haut en bas) : « Les Odalisques » Mara de Nudée, « Les Odalisques » Hana Bolkonski, « Au rythme du tambour » Manya Muse, « Le Coeur de la Forêt » Kiki Béguin (impression numérique sur papier Canson, broderie au fil doré)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation